Logo Clinique Saint Germain

Les abords vasculaires

L’hémodialyse nécessite au préalable de créer un abord vasculaire adapté à un débit sanguin important, afin que celui-ci puisse être ponctionné facilement. La réalisation de cet abord vasculaire, appelé fistule artério-veineuse, est chirurgicale, le plus souvent sous anesthésie locale.

Elle ne nécessite généralement qu’une hospitalisation très courte, souvent 48 heures, mais doit être réalisée bien avant votre prise en charge en hémodialyse, car la fistule artério veineuse doit se développer pour être fonctionnelle au bon moment.

Auparavant, un doppler des membres supérieurs est effectué, pour déterminer si le bras droit d’un gaucher ou le bras gauche d’un droitier présente un réseau vasculaire suffisant.

Dans certains cas, il est nécessaire de réaliser une phlébographie pour mieux étudier le réseau vasculaire.
 


Principe

La fistule artério-veineuse est la mise en communication d’une artère et d’une veine. Avec le temps, et sous l’effet de la pression artérielle, la veine va :

  • Avoir un débit plus important
  • Se dilater (grossir)
  • Augmenter sa résistance (sa paroi va devenir plus solide)

Cette veine, ainsi modifiée, pourra être utilisée dans les 5 à 6 semaines qui suivent l’intervention.
 


Localisation

En fonction des résultats du doppler, la fistule artério-veineuse pourra être réalisée au niveau :

  • Du poignet
  • De l’avant-bras
  • Du pli du coude

Pour les fistules basiliques, il est nécessaire d’envisager une seconde intervention chirurgicale, sous anesthésie, destinée à superficialiser (remonter sous la peau) la veine basilique pour faciliter les ponctions.
 


Ponctions

Elles doivent être effectuées par des infirmières expérimentées. Elles peuvent être aussi réalisées par le patient lui-même, après un apprentissage adéquat, ce qui lui permettra d’acquérir plus d’autonomie dans son traitement.

Pour votre séance d’hémodialyse, deux aiguilles de gros calibre sont nécessaires :

  • Une pour amener le sang au filtre (rein artificiel)
  • Une pour vous rendre le sang épuré

 La ponction de la fistule peut être douloureuse, surtout les premiers temps. Des pommades et dispositifs anesthésiants locaux  peuvent vous être proposés : parlez-en à votre médecin.
 


Précautions à prendre

Le bon fonctionnement de votre fistule artério-veineuse est déterminant pour la qualité de la dialyse. C’est pourquoi il est important de la protéger. Chez vous, après l’intervention, préférez la position main surélevée (sans toutefois garder le bras en écharpe).

Si le bras est douloureux, prenez les antalgiques (antidouleurs) qui vous ont été prescrits. Ne mettez jamais de glace.
 


Surveillez

  • La coloration et la température du bras
  • Votre pansement (saignement)
  • Les battements, appelés thrill : au toucher, vous devez sentir un frémissement. Très perceptible au niveau de la cicatrice, il diminue d’intensité lorsqu’on suit le trajet de la veine artérialisée. Si un saignement survient, le premier geste à faire est de comprimer le point de ponction, avec si possible, une compresse stérile.
     


La fistule artério-veineuse au quotidien

Ne faisant l’objet d’aucune attention particulière, hormis quelques précautions, elle ne doit pas vous gêner au quotidien. Il vous est recommandé :

  • De ne plus donner ce bras pour des prises de pression artérielle (tension), donner l’autre bras.
  • De ne pas permettre qu’on vous prélève du sang ou que l’on vous fasse une injection dans la fistule en dehors d’un service de dialyse ou de néphrologie. En effet, ces actes doivent être pratiqués par du personnel formé.
  • D’éviter de dormir sur le bras de la fistule
  • De ne pas porter
    • de bracelet ou de montre qui feraient garrot si votre fistule est au poignet, ni de bague si un œdème de la main devait survenir.
    • de vêtements avec des poignets trop serrés
    • des objets lourds en faisant reposer la charge sur les avant-bras.
  • De ne pas faire le tour du poignet avec des sacs lourds (sacs de grandes surfaces…)
  • De garder votre fistule toujours propre et nette. Ne jamais utiliser de crème ou autre pour protéger votre fistule lors de certaines activités ou travaux sales (jardinage, bricolage…)
  • D’éviter de gratter la zone de ponction
  • De ne pas exposer de façon prolongée le bras au soleil ou à la chaleur.
     

En conclusion

La fistule artério-veineuse est la voie d’abord la mieux adaptée à l’hémodialyse. Toutefois, des dysfonctionnements peuvent la rendre inutilisable : hématome, rétrécissement, caillot…

S’il existe un rétrécissement, il est possible de faire des dilatations. Mais si la fistule devient inutilisable, il reste toujours la possibilité de dialyser par l’intermédiaire d’un cathéter qui sera posé sous anesthésie locale dans une veine de gros calibre, le plus souvent au niveau du cou, temporairement ou définitivement.
 


Si votre bras est douloureux, rouge, enflé, si un saignement persiste au-delà de 30 minutes malgré la compression, si les battements de la fistule artério veineuse ne sont plus perceptibles, contactez le centre d’hémodialyse aux numéros indiqués